DECOUVERTE : Australie , Ballarat fait revivre la ruée vers l’or

L’afflux de population et de richesses provoqué par la ruée vers l’or fit de Ballarat la ville la plus importante du Victoria dans la deuxième moitié du XIXe siècle

A 120 km à l’ouest de Melbourne, Ballarat offre un étonnant voyage dans le temps à l’époque des chercheurs d’or et autres pionniers qui ont permis de bâtir l’Australie d’aujourd’hui. Le parc de Sovereign Hill recrée avec succès sur 25 hectares l’ambiance des années 1850, après la découverte de l’un des plus importants filons d’or alluvial au monde.

La diligence et ses quatre chevaux s’arrêtent dans un léger nuage de poussière. La rue, bordée de bâtiments en bois aux larges vérandas, est animée de passants aux vêtements venus d’une autre époque. Une élégante dame traverse la rue avec son ombrelle, tandis que des enfants se dirigent avec leurs parents vers une fabrique de bonbons. On y élabore encore, sous les yeux des clients, ces douceurs colorées, mélange de parfums et de sucre fondu, transformé en pâte avant d’être coupé en petits morceaux qui cristallisent pour le plus grand bonheur des gourmands. Un peu plus loin, un commerçant réalise des bougies à l’ancienne, éléments indispensables à l’éclairage des habitations mais surtout des tunnels où nombre de prospecteurs recherchaient de l’or. A l’aide d’une machine séculaire, il enfonce les mèches dans la cire liquide puis les laisse se refroidir pour qu’elles se transforment en bougie.

Ballarat : le parc de Sovereign Hill

Dès l’entrée du parc, Sovereign Hill transporte les visiteurs plus de 150 ans en arrière. Un étonnant voyage dans le temps qui ramène à l’une des époques les plus célèbres de l’Australie. L’or attira alors des pionniers venus des quatre coins de la planète, et surtout d’Europe, faisant la fortune des plus chanceux. En quelques années, Ballarat devint l’une des villes les plus importantes du continent, entraînant dans la foulée le développement de Melbourne, aujourd’hui capitale de l’état du Victoria. De riches maisons et bâtiments victoriens évoquent encore cette époque où d’importantes richesses se sont créées, en particulier entre 1850 et 1890. Plusieurs tour opérateurs français proposent de découvrir cette destination dont Australie à la Carte, spécialiste de cette partie du monde.

La fièvre de l’or

Sovereign Hill est sans doute la plus belle reconstitution australienne de la vie des pionniers. Costumes, bâtiments et boutiques d’époque en activité, diligences, défilé de la garde britannique (l’Australie était alors une colonie anglaise) : tout est là pour s’immerger dans la vie de cette terre du bout du monde au milieu du XIXème siècle. Des figurants, certains bénévoles, donnent l’illusion de ce retour dans le passé. Même les écoliers et enseignants en visite ont été habillés dans le style d’époque. Une atmosphère authentique s’en dégage de manière surprenante, loin des clichés habituels des parcs d’attraction.
Véritable musée vivant, Sovereign Hill propose également aux visiteurs de se transformer en chercheur d’or au bord d’un authentique ruisseau où se trouvent toujours des poussières du précieux métal. Une poêle à la main, il faut agiter le sable de la rivière de manière circulaire pour voir brusquement apparaître quelques reflets jaunes …. L’occasion de goûter à la fièvre de l’or qui s’était alors emparée des habitants, orpailleurs, aubergistes, commerçants, forgerons, boulangers et autres aventuriers. Une visite de la mine, la Red hill mine, s’impose ensuite à 13 mètres sous terre pour mieux comprendre les rudes conditions de travail qui contrastaient avec les rêves de fortunes. C’est ici qu’a été découverte l’une des plus grosse pépites au monde avec ses … 69 kilos !

Le soulèvement d’Eureka

Sovereign Hill évoque aussi l’un des épisodes les plus marquants de l’histoire de l’Australie : le soulèvement d’Eureka Stockade en 1854, point de départ du seul soulèvement civil armé qu’ait connu l’Australie. Des émeutes de mineurs en rébellion contre des taxes jugées abusives pour exploiter l’or furent vite réprimées par l’armée britannique, mais accéléra l’introduction de la démocratie et du suffrage universel sur le continent. Un spectacle propose à la tombée de la nuit de retracer cet épisode, symbolisé par la Croix du sud que les mineurs brandissaient sur leur étendard, constellation utilisée par le navigateurs pour situer le continent et reprise dans le drapeau national.