A la découverte du Pérou, fin

Précédemment nous étions partis à la découverte du Pérou  par Nasca et  l’altiplano . Le voyage se poursuit en direction du lac Titicaca pour découvrir tout d’abord, les habitants Uros qui vivent encore sur des îles flottantes construites en roseau, puis l’île de Taquile, pour se plonger dans les traditions ancestrales. Mais mon plus beau souvenir restera celui de Llachon

Toute l’âme du Machu Picchu à l’aube

Après une nuit difficile chez l’habitant dans un abri en pierre à 3 820 m, je me suis offert un lever de soleil en flânant le long du lac. De quoi y voir presque le félin (titi) aux yeux de flamme (qaqa). Mais l’occasion surtout de vivre un moment exceptionnel, hors du temps, et de s’y perdre même, dans tous les sens du terme, avant qu’un jeune pêcheur me raccompagne.

Visiter le Pérou, c’est aussi forcément, se rendre en son cœur, à Cusco dans la vallée sacrée. Ses trésors incas sont innombrables mais c’est véritablement une découverte du célèbre Machu Picchu (vieille montagne en quechua) qui m’en fait prendre conscience. Comment de telles pierres ont-elles pu être déplacées là-haut sur ces montagnes ? Patrimoine de l’humanité, l’une des sept nouvelles merveilles du monde reste un mystère, tout comme le sens véritable que les Incas ont voulu lui donner. C’est à l’aube que j’ai voulu m’imprégner de ce lieu mythique. Le matin, la brume est importante et le site est plongé dans une ambiance mystique. Il se laisse à peine découvrir à travers ses « nuages » pesants. Les touristes y sont peu présents et c’est donc vraiment le moment idéal pour ressentir toute l’âme de ce lieu. Au fil des heures, le ciel s’éclaircit, le soleil rayonne et le site inca retrouve ses touristes et ses allures plus « habituelles ».

Patience et attention en Amazonie

Le regard change, s’affûte, si l’on prend la peine de découvrir ce pays en sortant des sentiers battus…La fin de mon voyage se termine donc dans la selva, la région de végétation tropicale (59 % du territoire pour 12 % de la population). En atterrissant à Puerto Maldona, je goûte rapidement au fort taux d’humidité de l’Amazonie. Là aussi, je découvre des paysages que je n’aurais pas imaginé trouver au Pérou : les barques sur l’Amazone, la jungle, les plantes médicinales, les arbres tropicaux, les insectes, les papillons … et les moustiques ! Dans cette nature-là, c’est la loi du plus fort et la forêt réserve son lot d’imprévus. Mais avec patience et attention, il est assez simple d’observer perroquets, singes, caïmans, mais surtout agréable de profiter des magnifiques couleurs des couchers et levers de soleil. Revenir d’un tel voyage, c’est donc garder de nombreux paysages et visages en mémoire. Le Pérou est une terre variée, un pays aux milles facettes et cultures où les difficultés de vie nous font forcément relativiser sur notre vie de tous les jours. Le regard change, s’affûte, si l’on prend la peine de découvrir ce pays en sortant des sentiers battus, proposés par les circuits touristiques « classiques » et surtout en gardant les yeux … grands ouverts !